Skip links

Articulation entre vie professionnelle et vie privée

Un an, jour pour jour, après la signature d’un accord national interprofessionnel (ANI), était organisé par l’ARACT ce jeudi 19 Juin 2014 un atelier sur le thème, bien vaste, de la qualité de vie au travail. téléchargementA cette occasion, Madame Florence Chambard, de l’ANACT a présenté les résultats d’un sondage réalisé en Avril 2014 auprès de 1000 salariés (représentatifs de la population française en activité).

A la question « Indiquez ce qui intervient pour se sentir bien dans son travail » 75% des salariés ont répondu « Avoir un travail qui permettre d’avoir un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle ». La surprise est que ce point arrive en tête du classement avant même le salaire (jugé essentiel pour 62%) et la reconnaissance (52%) .

Si seul un quart des salariés estime de prime abord concilier difficilement vie privée et vie professionnelle, quand on creuse c’est près de la moitié qui reconnait des difficultés concrètes à gérer le quotidien (passer du temps en famille, effectuer les tâches ménagères, accomplir des formalités administratives,…).

Autre interférence, d’ordre psychologique cette fois ci, ce sont les préoccupations liés au travail qui sont « importées » à la maison (pour 68%  souvent ou parfois). Sans compter qu’un salarié sur 10 n’arrive pas à prendre tous ses congés du fait de sa charge de travail (et presque 20% pour les  cadres).

Parmi les solutions identifiées par les salariés pour favoriser l’articulation des temps, on trouve dans l’ordre :

–          pouvoir quitter le lieu de travail en cas d’impératif

–          pouvoir adapter ponctuellement le rythme ou la charge de travail en cas de souci personnel

–          pouvoir bénéficier d’horaires de travail personnalisés.

Ainsi, aménagement et souplesse apparaissent plus importants que des services proposés type conciergerie ou crèches. Le télétravail peut donc apparaître comme une solution dans ce cadre (..thème dont je vous parlerai dans le prochain article avec l’expérience du Conseil Général de Côte d’Or).

Les salariés sont globalement assez septiques sur l’investissement que peut avoir leur entreprise sur ce sujet (note moyenne attribuée de 5/10), toutefois ils identifient un acteur clé pour les aider dans cet équilibre : le manager de proximité.

Ressort également de ce sondage l’impression qu’un meilleur équilibre vie personnelle-vie professionnelle bénéficierait à la fois au salarié et à l’entreprise : moins de stress donc moins d’absentéisme…

Enfin, dernière donnée, cet enjeu d’équilibre vie personnelle/vie professionnelle est tellement important que trois quart des salariés seraient prêts à accepter des horaires atypiques si cela leur permettait une plus grande conciliation des temps, bien que 68% soient conscient des effets négatifs sur leur santé. Ce dernier point peut perturber la réflexion des organisations syndicales sur leur positionnement quant aux horaires atypiques (horaires sur 12 heures, dimanche,…).

Pour plus de détails,  je vous invite à vous rendre sur le site : http://www.anact.fr/web/actualite/essentiel?p_thingIdToShow=38243638

 

 

 

Join the Discussion